hétérotopies

architectures habitées // Samedi 9 décembre 2017 à partir de 18h00

C'est à la designer matali crasset que la galerie christian berst art brut a confié de mettre en scène un choix de 50 œuvres d'artistes brut classiques et contemporains pour l'exposition hétérotopies, architectures habitées. "Nous sommes particulièrement touchés par ces oeuvres, nous tombons en empathie, car elles nous rappellent combien nous sommes normés, combien nous avons failli à pousser plus grandement les limites pour créer des mondes à part entière. Ce sont des mondes qui nous rappellent d’où nous venons et qui portent en eux de l’humanité en concentré".

 

En 1967, Michel Foucault forge l’idée d’« espaces absolument autres » qu’il nomme hétérotopies, parmi lesquels ceux que l’enfant met en œuvre pour régner sur un monde parallèle à celui dominé par les adultes.

À l’inverse de l’utopie, l’hétérotopie existe bel et bien comme un contre-espace, un lieu d’accueil pour ce que Harald Szeemann qualifiait de « mythologie individuelle ».

De même, un tel lieu n’est pas sans évoquer les lignes d’erre de Fernand Deligny, le locus solus de Raymond Roussel ou le mont analogue de René Daumal. Les premières tentant de fixer la poétique des déambulations dans un territoire défini, le deuxième décrivant les énigmes pouvant peupler un tel endroit et le dernier offrant un paysage mental symbolique dont le gravissement s’apparente à un rite initiatique.

Dans le champ de l’art brut, ces mondes « habitables » - et le plus souvent « habités » - sont, paradoxalement, le fait de ceux que l’on croit absents au monde. Qu’ils les inventent ou qu’ils les investissent, ces projections non seulement les reterritorialisent, les abritent, mais offrent dans le même temps à leurs auteurs de fonder une nouvelle échelle des valeurs ; un ensemble de règles localisées et s’avérant plus praticables pour qui cherche à se délester du poids de la norme aliénante.

Ces villes labyrinthiques, ces Xanadu, ces fiefs, ces plans, ces cartographies se transforment en demeures – au sens d’Etienne Martin – capables, même, de se muer en paradis ou propices à devenir le siège de cosmogonies personnelles. Elles sont pleinement fondatrices et l’on comprend donc pourquoi les artistes bruts s’emploient, comme Rimbaud, « à trouver le lieu et la formule » à travers elles. Il est à noter, d’ailleurs, que la familiarité que l’on peut ressentir à la contemplation de certaines – après tout, la science-fiction et l’art moderne ont élargi notre catalogue de formes - n’est bien souvent qu’un heureux leurre qui masque le profond hiatus qui nous tient à distance.

Cependant, chacune des œuvres de cette trentaine d’artistes réveille en nous l’âme de l’enfant bâtisseur, émerveillé de ses propres trouvailles, abolissant et le temps et l’espace, jouant à se réaliser dans cet outremonde que lui révèle son imagination.

hétérotopies , Samedi 9 décembre 2017 à partir de 18h00
Christian Berst Art Brut3-5, passage des gravilliers, 75003 Paris
Vernissage le samedi 9 décembre 2017, de 18h à 21h. Exposition du 9 décembre 2017 au 20 janvier 2018. Ouverture au public du mardi au samedi de 14h à 19h.
Christian Berst Art Brut

3/5 passage des Gravilliers 75003 Paris
Tel : 01 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com

Site : Christian Berst Art Brut

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 30 novembre 2017