Moussa Sarr

Postures // 14 octobre -> 18 novembre 2017

La galerie Isabelle Gounod est heureuse d’accueillir pour la première fois le travail de Moussa Sarr, dont une performance inédite, intitulée Caprice, sera réalisée par l’artiste à l’occasion de la Nuit des Galeries (FIAC 2017).

Moussa Sarr, "Super congo", vidéo, 3'55'', ed.1/1+1EA

Moussa SARR
Postures

Du 14 octobre au 18 novembre 2017
Vernissage le jeudi 14 octobre 2017, de 16h à 22h

Caprice - Une performance inédite réalisée à la galerie dans le cadre de la Nuit des Galeries (FIAC & CPGA 2017), le jeudi 19 octobre 2017 à 19h30

 

Tout acte artistique implique une posture.

Duckman, canard grand critique d’art, pourrait propulser Super Congo sur les rangs des artistes singes les plus en vue de sa génération d’un simple coup de plume.
Mais le fera-t-il ?

Super Congo pourrait arrêter ses peintures genre « impressionnisme abstrait » pour une œuvre en prise avec les préoccupations de son époque.
Mais le fera-t-il ?

à un moment décisif pour sa carrière ce street artiste engagé pourrait quitter la rue pour le white cube.
Mais le fera-t-il ?

Dans le contexte sacralisé qu’est la galerie d’art, le spectateur devrait mettre un terme à cette mascarade sans nom qui se déroule sous ses yeux.
Mais le fera-t-il ?

L’air de rien.

Tout l’art de retourner sa veste réside dans la vitesse d’exécution. On appelle cela le Speed Jacket.

Circulez, il n’y a rien à voir…


Moussa Sarr, 2017.


La galerie Isabelle Gounod est heureuse d’accueillir pour la première fois le travail de Moussa Sarr, dont une performance inédite, intitulée Caprice, sera réalisée par l’artiste à l’occasion de la Nuit des Galeries (FIAC 2017).

Si Moussa Sarr utilise l’atelier comme un espace de recherche et d’expérimentation lui permettant d’agrandir son corpus de personnages animaliers, c’est également un lieu de retrait et de lâcher prise où, à travers l’interprétation d’animaux, il se laisse aller à ses délires pour, enfin, devenir un homme-animal. Dans cet espace où personne ne regarde, ni ne juge, le seul témoin reste la caméra. Il s’agit pour l’artiste d’un asile autant politique, social qu’artistique.

Chaque personnage se distingue par des traits de caractères et des mises en situations précises, qui semblent être le corollaire de leur identité, ici clairement assignée : le singe est en état de jouissance sexuelle, l’étalon parade et combat, le coq fait carillonner son chant. La question des préjugés est au cœur de la pratique de Moussa Sarr, qui fait souvent écho à l’actualité avec humour et positionne le spectateur, riant et gêné, dans une certaine zone d’inconfort.

Certains de ses plus récents personnages, abordant des problématiques ayant trait plus particulièrement au champ de l’art, seront notamment présentés pour cette nouvelle exposition. Parmi ceux-là, Super Congo, un singe dont les peintures ont intégré le circuit de l’art contemporain international, ou bien encore Duckman, un canard philosophe et critique d’art. Renouvelant ses sujets d’expérimentation, Moussa Sarr enrichi également son corpus de vidéos et de performances par l’exploration de médiums aussi variés que la photographie (Corpus delicti, 2014) et la peinture (Super Congo, 2016), que Postures rassemblera pour la première fois à la galerie.

Moussa Sarr, 14 octobre -> 18 novembre 2017
Galerie Isabelle Gounod13, rue Chapon, 75003 PARIS
Galerie Isabelle Gounod

13 rue Chapon 75003 Paris
Tel : 01 48 04 04 80
Mail : contact@galerie-gounod.fr

Site : Galerie Isabelle Gounod

Du mardi au samedi de 11h à 19h et sur rendez-vous

Plus sur cette galerie
geofield: 

Publié le : 6 octobre 2017

Tags :

##moussasarr #postures

#Moussa Sarr

En ce moment

Toute la programmation