Roma Pop

22 janvier -> 26 mars 2016

Artistes exposés Mimmo Rotella / Giosetta Fioroni / Mario Schifano / Franco Angeli / Pino Pascali / Mario Ceroli / Tano Festa / Cesare Tacchi

Après avoir consacré ses cinq premières années majoritairement à la scène artistique milanaise des années 60 - avec des expositions consacrées à Lucio Fontana, Enrico Castellani, Dadamaino, Turi Simeti et Paolo Scheggi - Tornabuoni Art inaugure l’ouverture d’un deuxième parcours dans l’art italien, à travers cette première exposition : Roma Pop

A Rome, dans les années 60, le climat artistique est bien différent de celui de Milan. La capitale bénéficie d’un dialogue plus direct avec les Etats-Unis et est sujette à une forte influence du langage du Pop Art américain.

Dès la fin des années 50, on assiste à la révélation des précurseurs de la scène Pop romaine comme Mimmo Rotella et ses célèbres décollages, puis d’autres artistes comme Mario Ceroli, l’Ecole de Piazza del Popolo, Tano Festa, Franco Angeli et Mario Schifano.

Ces expérimentations et recherches sur l’image se distinguent des autres scènes artistiques italiennes du moment qui sont la monochromie milanaise, l’expression formelle du Gruppo Forma et celle informelle du Gruppo degli Otto. Elles apparaissent en Italie à un moment crucial de l’évolution de la société et des coutumes du 20ème siècle : entre boom économique et dolce vita.

En effet ce langage, proche du Pop américain, développe ses propres particularités définies par des références culturelles au passé, à l’art et à son histoire. Mickey Mouse, Marilyn et le Coca-cola sont alors troquées contre Michelangelo ou Mona Lisa.

Tano Festa, par exemple, met l’accent sur les maîtres de la peinture italienne de la Renaissance, en particulier Michelangelo, et re-popularise des images qui font partie du quotidien des Romains.

De la même manière, on retrouve les bronzes de Riace dans le travail de Mario Ceroli. Ce dernier rend hommage dans ses oeuvres aux grands classiques de l’histoire de l’art et au monde gréco-romain. 

Mimmo Rotella, quant à lui, récupère des images de la rue pour les élever au rang d’œuvres d’art. Affiches de films, publicités, avec lesquelles il créé sa célèbre série Cinecittà, en 1958, inspirée de l’histoire du cinéma italien et américain.

Franco Angeli s’intéresse d’avantage au capitalisme américain et aux stratégies de pouvoir, mélangeant symboles anciens et modernes, icônes tragiques et souvenirs de l’horreur humaine. On retrouve dans ses œuvres la croix gammée, le marteau et la faucille ou encore l’aigle du “Half Dollar“ américain, monnaie produite dans les années 60 lors de la guerre de Sécession.

L’exposition Roma Pop, qui propose d’explorer l’expression de la culture Pop en Italie dans toute sa variété et son originalité, est présentée en parallèle à The World Goes Pop actuellement à la Tate Modern.

Faisant suite au spatialisme italien, l’exposition Roma Pop se présente comme l’étape clé qui guidera la galerie vers un nou- veau parcours : l’Arte Povera de Turin. 

 

Roma Pop, 22 janvier -> 26 mars 2016
Tornabuoni Art16 avenue Matignon, 75008 Paris
Horaires : du lundi au samedi de 10:30 à 18:30

A télécharger :

Tornabuoni Art

Passage de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris
Tel : 01 53 53 51 51
Mail : info@tornabuoniart.fr

Site : Tornabuoni Art

Du lundi au samedi de 10h30 à 18h30

Plus sur cette galerie

Publié le : 10 février 2016

En ce moment

Toute la programmation